Jour 8 : Syracuse

 

Au huitième jour de notre voyage en Sicile, nous avons choisi d'aller nous promener en la belle Syracuse. Pour cela, nous sommes partis le matin en direction de Catane via l'A18. Là, nous avons emprunté la S114 et ses longs tunnels ultramodernes en direction du Sud-Est de l'île. Après une heure de route environ, nous sommes entrés dans la partie moderne de Syracuse, très embouteillée. Il nous a fallu faire preuve de patience pour progresser lentement vers le centre historique, la presqu'île d'Ortigia classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. De grands parkings de délestage nous y attendaient mais, pour ne pas y laisser un gros billet, nous avons légèrement rebroussé chemin afin de nous garer sur le parking d'une grande surface. En dix minutes à pieds, nous retrouvions l'entrée de la presqu'île marquée par deux ponts : Via Malta et Corso Umberto I. Nous avons pris le premier et sommes entrés dans le Porto Picolo dont nous avons tout de suite aimé l'ambiance vénitienne avec ses beaux palais les pieds dans l'eau et la présence de nombreux excursionnistes proposant des tours en gondole.

 

Syracuse, le Porto Picolo d'Ortigia

***

Un arrêt marquant à Ortigia est la très longue et blanche Piazza Duomo, considérée comme un chef d'œuvre de l'art baroque. Juché sur un balcon de l'hôtel de ville, un Spiderman aux couleurs locales nous y a accueillis. Une partie importante de la piazza est occupée par le duomo (cathédrale). Ce lieu de culte a tour à tour pris la forme d'un temple grec puis d'une mosquée avant de devenir une cathédrale. Sa façade baroque remplace aujourd'hui la façade normande d'origine effondrée lors du séisme de 1693. A l'intérieur, et aussi à l'extérieur, on retrouve des traces de l'ancien temple grec (temple dorique du Vème siècle avant JC construit en l'honneur d'Athéna), notamment quelques colonnes. L'intérieur a aussi conservé des traces des époques byzantine et musulmane.

Syracuse, la Piazza Duomo d'Ortigia

***

Après une petite salade composée bien rafraichissante au café Kent, nous avons repris notre promenade en flânant dans les ruelles d'Ortigia, assez semblables à celles de Monreale ou encore de Mazara : venelles étroites, ombre omniprésente, nombreuses plantes en pots laissées ci et là par les habitants, volets joliment peints, quelques fils à linges et des constructions ne dépassant jamais trois ou quatre étages. Certains secteurs sont restés populaires, comme l'ancien quartier juif Giudecca. Les rez-de-chaussée y sont souvent ouverts pour laisser l'air circuler. On s'amuse à y surprendre un "vieux" faisant la sieste ou une mama dont l'écran de télévision hurle une messe ou l'épisode d'un téléfilm local. Dans les secteurs plus touristiques, les mêmes rez-de-chaussée ont laissé progressivement place à d'élégantes boutiques et à des magasins franchisés comme dans la Via Venetto.

Syracuse, ruelles d'Ortigia

***

Lors d'une visite à Ortigia, nous vous conseillons aussi de passer par la Piazza Archimedeo où l'on peut voir une très belle fontaine de Diane.

Syracuse, Piazza Archimedeo d'Ortigia

***

Enfin, toute la douceur de Syracuse réside dans le fait que l'on ne s'y trouve jamais à plus de quelques ruelles du bord de mer. Sur le flanc gauche de la presqu'île (nouvelle ville dans le dos), vous pourrez trouver par exemple le Forte Vigliena avec, aux pieds de ses remparts, une petite plate-forme pour faire trempette. A la pointe de la presqu'île, c'est le château citadelle Maniace (Castello Maniace) qui se trouve seul face à la mer. Sur le flanc droit enfin, on pourra marquer un arrêt à la Fonte Aretusa (source naturelle d'eau douce où s'épanouissent des papyrus).

Syracuse, Forte Vigliena d'Ortigia

Syracuse, Castello Maniace d'Ortigia

Syracuse, Fonte Aretusa d'Ortigia

***

Vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager et à nous laisser un commentaire :)

Écrire commentaire

Commentaires: 0