Jour 9 : Etna Nord

 

Au neuvième jour de notre voyage en Sicile, nous avons choisi d'explorer la partie Nord du massif de l'Etna. Pour débuter, nous nous sommes d'abord rendus à Taormina, parfois surnommée la "St Trop" de l'île. Pour cela, nous avons emprunté l'A18 à Acireale en direction du Nord et avons atteint notre objectif assez rapidement. L'arrivée a consisté en une route en lacets, laquelle nous a permis de monter au sommet des falaises du mont Tauro sur lequel trône la belle cité.

Si vous vous rendez à Taormina, vous y serez sans doute, comme nous, surpris par une pratique très répandue en Sicile : sur les nombreux parkings gratuits, il n'est pas rare qu'un sicilien bien habillé et d'allure très sérieuse vienne vers vous pour vous demander un paiement contre un service peu clair (surveillance du véhicule, autre ?). En bon touriste, on s'acquitte en général d'une pièce pour ne pas faire de scandale mais ce n'est ni plus ni moins que du racket. Une fois cela dit, garez-vous dans la côte, cinq minutes avant votre arrivée, et ce sera vraiment gratuit. Profitez alors en arrivant de la magnifique vue sur la mer ionienne ! Cela valait bien la peine !

 

Taormina, vue du haut des falaises du mont Tauro

***

Une fois arrivés, nous avons choisi d'entamer notre visite de Taormina par son Teatro Greco, superbe site antique du IIIème siècle avant JC situé juste à l'entrée de la ville. Après celui situé en la ville nouvelle de Syracuse, il s'agit du plus grand théâtre grec de Sicile. Largement exploité sur toutes les cartes postales, le prix d'entrée y est un petit peu onéreux (8 Euros plein / 4 Euros réduit) au regard de la visite assez courte. Autre information importante à savoir avant d'aller le visiter : une scène y est installée pendant toute la période estivale et pourra, pour certains, dénaturer un peu le lieu. Une fois cela dit, nous avons apprécié marcher dans ses gradins, admirer l'Etna en arrière plan et profiter de la très belle vue sur la mer.

Taormina, le Teatro Greco

***

Ensuite, nous avons entrepris une petite marche à l'écart de la ville pour profiter de la vue sur la mer du haut des falaises.

Taormina, promenade des falaises

***

Cette promenade terminée, nous avons pu nous engager dans le centre de Taormina. Nous y sommes entrés par la porte de Catane et avons commencé à redescendre le Corso Umberto I. Totalement interdit aux voitures, ce secteur est en revanche pris d'assaut par les touristes (mieux vaut le savoir avant de venir !). Cette rue piétonne consiste en une grande artère médiévale jalonnée de boutiques de mode, de magasins d'antiquité, de restaurants, de bijouteries, de boutiques de souvenirs (parfois issus de l'artisanat local, d'autres fois moins...). Ce quartier ancien porte aussi le nom de Borgo Medievale. Le luxe s'y ressent effectivement beaucoup mais l'atmosphère y est très agréable. De surcroit, chaque ruelle adjacente est un nouvel appel à la dérobade.

Taormina, le Borgo Medievale

***

A mi chemin du Corso Umberto I, on trouve la Piazza del Duomo. Comme son nom l'indique, celle-ci abrite une belle église, de style normand, qui est le plus ancien édifice médiéval de la ville. Au centre de la place, une petite fontaine baroque s'attire le succès des promeneurs en mal de fraicheur. Autre belle place : la Piazza IX Aprile située tout à fait à l'extrémité du Corso. Nous en avons retenu son beau damier et son vaste balcon sur la mer. C'est d'ailleurs par elle que s'est terminée cette agréable parenthèse.

Taormina, Piazza del Duomo (en haut) et Piazza IX Aprile (en bas)

***

Après un rapide pique-nique (à Giardini Naxos, au pied des falaises), nous avons repris la route en direction des gorges de l'Alcantara. Là, nous avons été témoin à nouveau du problème évoqué précédemment : un vaste parking est aujourd'hui exploité par des personnes pas très officielles. A cela s'ajoutent excursionnistes en tous genres qui tenteront de vous louer du matériel, de vous vendre une balade "clé en main". Ou sinon, de continuer un petit peu votre route. Lorsque vous arriverez au village (à peine 200m plus loin), vous n'aurez aucune difficulté à vous y garer totalement gratuitement et pourrez alors descendre, tout aussi gratuitement, auxdites gorges par le sentier communal ! 

Une fois ces recommandations faites, les gorges de l'Alcantara constituent un endroit vraiment chouette !  Certes, l'eau y est plutôt très froide (elle descent des sommets de l'Etna), le soleil y est rare (du fait du relief encaissé) mais, une fois dans l'eau, on s'amuse beaucoup dans les rapides et les roches polies par l'érosion. Et puis il y a ce décor entièrement sculpté dans les orgues basaltiques !

Les gorges de l'Alcantara

***

Enfin, nous avons pris la route vers celui qui a par-dessus tout motivé cette journée : l'Etna Nord. Pour cela, il nous a d'abord fallu rejoindre le village de Linguaglossa (qui marque l'entrée Nord dans le parc national, comme Nicolosi marque son entrée Sud). De là, une route en lacets traversant une belle forêt nous a montés jusqu'à la station de Piano Provenzana. C'est là que nous avons garé notre voiture sur un vaste parking beaucoup moins fréquenté que celui du "refuge de Sapienza". Ici, très peu (voire pas) d'aménagements touristiques (buvettes, boutiques, toilettes...). L'Etna Nord s'adresse davantage à un public averti plutôt qu'au grand public (à commencer par l'absence de remontées mécaniques). La tenue des randonneurs présents le jour de notre visite ne laissait d'ailleurs aucun doute : tous étaient super équipés de la tête aux pieds (chaussures de randonnée, bâtons de marche, vêtements chauds, lampes frontales...). Sortant de notre baignade, nous nous sommes sentis un peu dépareillés... Quoi qu'il en soit, nous nous sommes lancés sur le sentier principal. Cette marche fût en tous points différente de celle faite l'avant veille dans l'Etna Sud à commencer par la végétation nettement plus importante.

Etna Nord, plus de végétation

***

Puis, assez vite, nous nous sommes retrouvés à traverser d'anciennes coulées de lave aux formes saillantes et torturées.

Etna Nord, désert lunaire de créatures étranges

***

Même si le lieu était peu fréquenté, nous y avons quand même croisé d'autres randonneurs dont nous avons apprécié emboîter le pas, histoire de nous donner de la motivation.

Etna Nord, dans le pas d'autres randonneurs

***

Et puis, comme au Sud, il y a eu les minibus 4*4 de la Funivia dell'Etna qui montaient des visiteurs moins courageux aux dernières heures de la journée, soulevant derrière eux d'épais nuages de poussières.

Etna Nord, la procession des minibus 4*4

***

C'est alors que nous avons marché, marché et encore marché, distancés par les autres randonneurs et véhicules mais sans jamais lâcher. Au fur et à mesure que le jour baissait, nous avons senti que nous serions récompensés. Lorsque nous avons atteint le poste de contrôle d'une ancienne télécabine, nous avons décidé d'en faire notre poste d'observation pour la soirée.

Etna Nord, notre poste d'observation

***

C'est de là que nous avons observé, pour la première fois de notre vie, une magnifique éruption volcanique ! Baissez les lumières, c'est parti !

Etna Nord, les lumières de Piano Provenzana dans la nuit

***

Vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager et à nous laisser un commentaire :)

Écrire commentaire

Commentaires: 0