Jour 12 : Masca, un Machu Picchu à Tenerife

 

Dimanche 07 août, voilà deux jours que nous nous reposions de notre ascension du Teide dans le Sud de l'île à Playa Paraiso. En effet, lors de la préparation de notre voyage, nous avions prévu de quitter le Nord, et donc notre logement de Puerto de la Cruz, quelques jours avant la fin du voyage pour pouvoir descendre dans le Sud et profiter d'un peu de farniente. Et bien, évacuons tout de suite un sujet sensible... Cela ne nous a pas du tout plu !

Déjà à notre arrivée à Tenerife par l'aéroport Sud, nous avions trouvé cette moitié de l'île catastrophique : environnement désertique, très peu de végétation, urbanisation sans règles dédiée au tourisme de masse, aucune recherche d'harmonie... Bref, une côte bétonnée vite fait mal fait. Cela s'est malheureusement confirmé à Playa Paraiso où nous nous sommes retrouvés coincés entre des immeubles à peine sortis de terre et autres terrains vagues. Pour des vacances, pas le rêve quoi ! Aussi, après deux jours de repos (ou de perdus, c'est selon), nous avons repris notre petite voiture pour une dernière excursion. Et quelle excursion !

 

A Playa Paraiso, il y a quand même eu la piscine

***

Nous avons d'abord roulé via la TF-1 (principale route de l'île qui en fait le tour aux 2/3) en direction du Nord-Ouest. Passage à proximité de Playa San Juan et de Los Gigantes. Puis, à Santiago del Teide, nous avons retrouvé ce pour quoi nous étions venus à Tenerife : joli petit village de passage à l'entrée des montagnes. Petit arrêt pour le visiter et se dégourdir les jambes.

L'église de Santiago del Teide

***

De là, nous avons ensuite pris une route en lacets à destination de Masca. Dire que cette route était sinueuse serait un euphémisme. En vous engageant dessus, attendez-vous à des épingles à 180°, des passages à peine plus larges que votre voiture surplombant des vallées encaissées (les barrancos comme on les appelle ici). Mieux vaut ne pas avoir le vertige ! Mais au bout de cette route du bout du monde, perdu dans la montagne comme un trésor inaccessible (ou presque) : le village de Masca auquel l'arrivée est exceptionnelle.

La route de Masca : vertigineuse ! 

L'arrivée à Masca dans un décor exceptionnel

***

Après avoir garé notre véhicule, nous sommes entrés à pieds dans le village de Masca pour le découvrir plus en profondeur. Il s'en est de suite dégagé une ambiance apaisante. Quel contraste avec la côte Sud ! Quelques groupes de touristes étaient comme nous venus chercher un peu d'authenticité. Sur la place du village, nous avons pris notre pique-nique, à l'ombre d'un arbre sans doute centenaire. Puis, quelques boutiques et petits restaurants étaient là pour offrir les premières commodités (ni trop, ni trop peu). Nous sommes alors partis en promenade sans itinéraire particulier, juste le plaisir de flâner entre les allées, d'y découvrir un petit jardin, un muret de pierres, un volet défraichi ou quelques belles fleurs. Bref, une ambiance.

Promenade dans le village de Masca

***

Et enfin, il y a eu notre instant coup de cœur. Dans les hauteurs du village, sur un chemin très isolé, nous sommes à un moment passés à un endroit où tous s'est fleuri. Poussant un rideau de cordes, nous avons découvert derrière celui-ci une petite terrasse totalement improbable avec vue plongeante sur le ravin de Masca. Comment un village avait-il pu se construire ici, perché sur son piton rocheux, entre deux ravins verticaux ? Quelques baroudeurs étaient là en train de siroter un verre bercés par la musique psychédélique qui 'échappaient de modestes enceintes. Ambiance Woodstock dans un endroit on ne peut plus isolé. Nous nous y sommes attablés et avons commandé deux jus de fruit. Le propriétaire, un homme seul d'un certain âge, cheveux longs sur la nuque, nous a expliqué vivre là depuis toujours dans une petite maison troglodyte transformée en restaurants. Il nous a servi nos verres très aimablement. On a alors savouré ceux-ci avec une vue incroyable et pour seule compagnie deux chats plus ou moins errants. Vous trouverez cet endroit on ne peut plus insolite sur le net, au nom de "Casa Riquelme". On vous conseille d'y faire un tour. C'est un vrai moment de vie.

La Casa Riquelme, pour un moment hippie à Tenerife

***

C'est sur ce moment inattendu que nous avons fini notre voyage à Tenerife. Nous en garderons un souvenir contrasté tant l'île s'est révélée riche au Nord, en particulier de ses parcs naturels classés, et en proie à une urbanisation irréfléchie au Sud. Gageons qu'elle saura trouver la voie d'un tourisme soutenable et durable, comme cela a été fait à Lanzarote. Sinon, ce paradis pourrait devenir paradis perdu.

***

Vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager et à nous laisser un commentaire :)

Écrire commentaire

Commentaires: 0