Jour 3 : Roques de Garcia

 

Au troisième jour de notre voyage sur l'île de Tenerife, nous avons attaqué les choses sérieuses. C'est en effet ce jour que nous sommes entrés pour la première fois dans le cœur de l'île : le Parc National du volcan Teide (Parque nacional del Teide).

Pour ce faire, nous sommes montés en voiture jusqu'à La Orotava visitée en j1 (lire notre article). Là, nous avons pris la route TF-21 en direction du parc. Tout au long de notre ascension, le temps, d'abord couvert, s'est peu à peu dégagé. A noter qu'il est fréquent d'avoir de grosses différences de météo dans le Nord de Tenerife entre la côte (nuageuse) et les sommets (ensoleillés). C'est donc sous un soleil radieux que nous avons franchi les panneaux indiquant l'entrée dans le parc (classé au patrimoine mondial de l'UNESCO). Notre excitation est alors montée d'un cran.

 

Parc national du Teide, entrée par la TF-21 en provenance de La Orotava

***

Dès notre entrée dans le parc, nous nous sommes arrêtés à la maison des visiteurs dite "El Portillo". Là, nous avons récupéré quelques informations utiles (dont un plan détaillé des sentiers de randonnées). Nous avons aussi jeté un œil sur l'exposition géologique qui y était présentée (de quoi découvrir un peu l'environnement minéral). Mais surtout, nous avons eu l'occasion d'y rencontrer un habitant emblématique du parc : Gallotia galloti eisentrauti. De nombreux individus de cette espèce de lézard (caractérisée par ses tâches bleues et une taille parfois impressionnante) étaient en effet amassés à l'entrée de la maison des visiteurs attendant de ceux-ci qu'ils veuillent bien leur céder quelques miettes de biscuits. Avis aux phobiques des reptiles : pensez-y avant de venir. Pour les autres, vous apprécierez !

Parc national du Teide, rencontre avec Gallotia galloti eisentrauti

***

Reprenant la voiture, nous avons ensuite traversé une grande partie du Parc national par la route TF-21 pour atteindre le parking des "Roques de Garcia". Tout autour était un décor digne d'une autre planète ! Une fois arrivés, nous avons garé notre véhicule et nous sommes présentés au point de départ de notre première randonnée (sentier n°3 selon la nomenclature du parc).

Celle-ci a débuté d'emblée avec un monument géologique majestueux : la cathédrale ! Sur le plan géologique, il s'agit d'une ancienne cheminée d'alimentation volcanique dans laquelle la lave s'est solidifiée en orgues phonolitiques ayant ensuite été mis à jour par l'érosion du cône les entourant. Nous avions déjà vu de telles structures, notamment en Sicile (les fameux "doigts d'Eole" sortant de la mer ionienne), mais cela ne nous a pas empêchés d'être impressionnés ! Les couleurs et l'ambiance désertique nous ont par ailleurs fait penser à l'Ouest américain.

Parc national du Teide, "La Cathédrale" sur le sentier des Roques de Garcia

***

Nous sommes ensuite descendus sur un sentier caillouteux pour nous retrouver en plaine au pied de la cathédrale. Les visiteurs, nombreux au niveau du parking, sont à partir de là devenus beaucoup plus rares. Nous en avons profité pour un pique-nique en compagnie de quelques sauriens chapardeurs.

Parc national du Teide, vue sur la plaine du haut du sentier n°3

***

Nous sommes ensuite repartis et avons fait le tour de la cathédrale, l'occasion d'en découvrir les différents cotés.

Parc national du Teide, l'autre face de "La Cathédrale"

***

Le sentier, très bien balisé, a ensuite commencé à remonter, traversant un champ de laves pétrifiées. Nous avons pu nous émerveiller devant leurs formes en boules et en traversins (typiques des écoulements accompagnant une éruption). Certaines contenaient même des rides de courant comme figées à jamais (laves cordées). Et Marjorie de sauter de bloc en bloc au milieu de cette coulée.

Parc national du Teide, traversée du champ de laves, Teide à l'arrière plan

***

Remontés à notre altitude de départ, nous avons terminé notre randonnée sur un segment à peu près plat qui nous a ramenés vers notre point de départ. Cela a été l'occasion de découvrir un dernier rocher impressionnant : le Roque Cinchado. Celui-ci, très photogénique, est caractérisé par le fait que l'érosion lui a sculpté une base très fine, laquelle provoquera un jour sans doute son écroulement.

Parc national du Teide, le Roque Cinchado

***

Vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager et à nous laisser un commentaire :)

Écrire commentaire

Commentaires: 0