Jour 4 : La Laguna

 

Samedi 30 juillet, pour notre quatrième jour de voyage sur l'île de Tenerife, nous avons choisi de nous rendre à La Laguna, ville située grosso modo entre Puerto de la Cruz et la capitale Santa Cruz de Tenerife. Lors de la préparation de notre voyage, c'est une étape que nous avions prévu de faire du fait de son classement au patrimoine mondial de l'UNESCO. Au total, l'archipel des Canaries possède trois sites ayant obtenu cette distinction : le Parc national du Teide visité en j3 (lire notre article), le centre historique de celle que l'on appelait autrefois San Cristobal de La Laguna et enfin le Parc national de Garajonay (situé sur l'île voisine de La Gomera).

Pour nous rendre à La Laguna, nous n'avons mis qu'une trentaine de minutes environs par la route TF-5. Selon nos habitudes, lorsque nous y sommes arrivés, nous avons abandonné notre voiture sur un parking périphérique afin de pouvoir déambuler librement à pieds. Précisons que le secteur classé au patrimoine mondial consiste en trois rues piétonnes, parallèles, qui partent toutes plus ou moins de la Plaza de Oliveira. C'est sur cette place que nous avons déjeuné avant de nous lancer Calle Herradores. Là, nous avons retrouvé à peu près les mêmes éléments architecturaux qu'à La Orotava : maisons colorées, balcons de bois sculptés, quelques façades baroques...

 

Calle Herradores, de la couleur et des roches volcaniques

Calle Herradores, quelques façades typiques

***

Assez vite, nous avons remarqué que les fenêtres de ces belles maisons n'étaient jamais les mêmes : pas une de la même couleur ni de la même forme, comme si leur concepteur s'était évertué à ne jamais lasser le promeneur. A Dublin, il y avait eu les portes (les fameuses portes géorgiennes typiques des maisons dublinoises). A La Laguna, ce serait donc au tour des fenêtres d'être photographiées (petit florilège ci-dessous, des plus élégantes aux plus modestes).

La Laguna, florilège de fenêtres

***

De la Calle Herradores, nous sommes ensuite passés à la Calle Obispo Rey Redondo. Dans celle-ci, nous avons eu un véritable coup de cœur pour la Casa Alvarado-Bracamonte, située au n°7. D'abord, parce que nous trouvant tout en bas de la rue et donc "loin" de la Plaza de Oliveira, il n'y avait que très peu de monde. Effet de vitrine lié au classement au patrimoine mondial, il faut bien reconnaître que l'un des défauts que nous avons trouvés à La Laguna est sa sur fréquentation touristique, qui plus est concentrée dans seulement trois rues. Autre avantage du n°7 : abritant un petit office du tourisme, il est possible d'y entrer. On y découvre alors un magnifique patio exotique tels ceux que nous avions adorés à La Orotava. Un petit moment de paradis.

Calle Obispo Rey Redondo, Casa Alvarado-Bracamonte

***

Juste à coté, très belle bâtisse du XVIIIème : Casa de la Alhondiga. Toujours de la couleur, de lourdes boiseries et personne alentour.

Calle Obispo Rey Redondo, Casa de la Alhondiga

***

A mi-hauteur de la Calle Obispo Rey Redondo, nous avons pu trouver l'Iglesia-Catedral de Nuestra Señora de Los Remedios et, tout en haut de la rue, de retour sur la Plaza de Oliveira, l'Iglesia de la Concepción (avec son campanile un peu à l'écart).

Calle Obispo Rey Redondo, église et campanile

***

Pour finir cette déambulation urbaine, nous avons redescendu la troisième et dernière rue du centre classé : Calle San Agustin. Toujours le même charme : couleurs, balcons et fenêtres.

Calle San Agustin

***

Vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager et à nous laisser un commentaire :)

Écrire commentaire

Commentaires: 0