Jour 9 : ascension du Teide (partie II)

 

Notre nuit au refuge (Refugio altavista, 3 260m) fût singulière. Nous y avons été répartis en groupes d'une vingtaine de randonneurs chacun dans trois dortoirs différents. Ambiance colonie de vacances : lits superposés, duvets... Après avoir réchauffé notre repas du soir dans la salle de réfectoire et englouti celui-ci, le sommeil n'a pas tardé à nous rattraper. D'ailleurs, tout le monde s'est couché de bonne heure dans un calme absolu. Juste le temps de profiter du coucher de soleil et de voir s'étirer l'ombre triangulaire du Teide sur la paroi de la caldeira (voir la fin de l'article j8).

Dès cinq heures du matin, les réveils ont commencé à sonner. L'un des intérêts de dormir au refuge est en effet de le quitter avant le lever du soleil afin de pouvoir observer celui-ci du sommet du volcan. Par ailleurs, l'accès à celui-ci sans autorisation obtenue au préalable auprès de l'administration du parc (ce qui doit souvent être fait plusieurs mois à l'avance) n'est possible, en accès libre, que jusqu'à 9h du matin. Mieux valait donc nous dépêcher ! Nous avons donc fait une petite toilette du chat, avons pris un déjeuner "sur le pouce" et nous sommes lancés, avec les autres randonneurs, à l'extérieur du refuge dans la nuit noire.

 

Ascension du Teide, partie II

***

Ni Marjorie ni moi n'avions déjà randonné de nuit. Cela a donc été une expérience nouvelle et excitante. Bien couverts, nous nous sommes équipés de nos lampes frontales et nous sommes lancés dans le froid dans la deuxième partie de notre randonnée. Rapidement, une procession de petites lumières s'est mise à escalader le volcan.

Le premier palier fût d'atteindre La Rambleta (3 550m), point final du sentier n°7 selon la nomenclature du parc. Nous y sommes arrivés avec les premiers rayons du soleil. Là, nous avons trouvé la gare du téléphérique. Celui-ci ne démarrant son activité qu'à 9h, l'endroit était pour l'instant désert et parfaitement calme. Marjorie souffrant d'une otite, elle a malheureusement préféré arrêter son ascension ici pour m'y attendre. M'assurant qu'elle ne regretterait pas, je me suis donc lancé "seul" (avec les autres randonneurs du groupe) sur le sentier final, celui qui allait nous mener au sommet de l'île, toit de l'Espagne.

Ascension du Teide, engagement sur le sentier final

***

Cette dernière portion s'est avérée assez compliquée. En effet, le dénivelé y était très fort et les marches dont elle était constituée très hautes. Il fallait faire travailler les jambes. De surcroit, à cette altitude, nous avons commencé à avoir des petits problèmes de respiration. J'ai donc progressé très lentement. Sentant la fin de l'ascension arriver, il y avait néanmoins beaucoup de motivation.

Ascension du Teide, sur le sentier final

***

L'arrivée au sommet fût magique. D'abord, parce qu'elle est venue récompenser deux jours d'effort ; ensuite, parce que la lumière du matin était sensationnelle et nous a permis d'observer l'ombre triangulaire du volcan s'étirer au loin. Un lever de soleil à 3 718m d'altitude, ce n'est pas donné tous les jours et chacun y est allé de sa petite photo pour immortaliser le moment.

Ascension du Teide, arrivée au sommet

***

Cela a aussi été l'occasion d'observer les derniers signes d'activité du Teide : de son cratère, nous avons pu découvrir de nombreux fumerolles dégageant une forte odeur d'œuf pourri. A la bouche de ces fumerolles, jolis cristaux de soufre.

Ascension du Teide, cristaux de soufre à la bouche des fumerolles

***

Un peu avant 9h, j'ai retrouvé Marjorie à La Rambleta. Nous y avons fêté notre troisième volcan ensemble (après l'Etna en Sicile et Vulcano dans les îles éoliennes). Lorsque le téléphérique s'est mis en marche, nous avons pris le deuxième tour. Dernier privilège avec de belles vues aériennes sur la caldeira et les Roques de Garcia (visités en j3). Fin d'une séquence pleine d'émotions dont nous nous souviendrons longtemps.

Les Roques de Garcia vus depuis le téléphérique de La Rambleta

***

Vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager et à nous laisser un commentaire :)

Écrire commentaire

Commentaires: 0