· 

Le Cap Fréhel et la Côte d'Emeraude

Fort la Latte au Cap Fréhel sur la Côte d'Emeraude

 

L'été dernier, après avoir passé six jours dans la Baie de Somme et trois autres sur les falaises d'Etretat, j'ai rejoint la côte Nord-Est de la Bretagne pour y poursuivre ma découverte du littoral de la Manche. Finies les grandes étendues de sable des plages du Nord et la craie blanche de la Côte d'Albâtre, ici, je me suis retrouvé, au Cap Fréhel, sur une côte déchiquetée de grès rose. Le Cap Fréhel, c'est ce nez rocheux qui avance fièrement dans la mer et sépare, à l'Ouest, la Baie de Saint-Brieuc, et, à l'Est, la rade de Saint-Malo. Ici, les falaises atteignent 70 m et sont couvertes de landes battues par des vents souvent violents. Amis marcheurs, randonneurs, amateurs de balades qui sentent bon les embruns, bienvenue sur ce nouveau territoire sauvage à explorer.

 

1. Où l'on commence au Fort la Latte

 

Le Cap Fréhel se termine non pas par UNE mais par DEUX pointes, respectivement occupées par le phare du Cap Fréhel et le Fort la Latte. Même s'il existe un parking en ces deux points, je vous conseille fortement d'utiliser celui du fort. En effet, ce dernier est plus grand, gratuit et sans limitation de temps (à l'inverse du premier). Idéal pour partir en excursion à la journée. Et comme le fort se visite, pourquoi pas commencer par cela (6,60 €) ? Au cours de la visite, vous passerez de salle en salle avec, en haute saison, de nombreuses reconstitutions. Pour ma part, j'y suis allé "pour voir" mais je dois dire que j'ai préféré les vues que l'on a sur ce beau château fort de l'extérieur depuis les chemins de randonnée.

 

Fort la Latte au Cap Fréhel sur la Côte d'Emeraude

Le Fort la Latte

 

En parlant de randonnée justement, la plus classique, pour ne pas dire incontournable, consiste à se rendre du fort jusqu'au phare du Cap Fréhel. Tout du long, vous suivrez la magnifique Anse des Sévignés, avec sa plage de sable doré sur votre droite, et traverserez les landes à flanc de falaises. Le sentier est parfaitement tracé et balisé en rouge et blanc (puisqu'il s'agit d'un tronçon du célèbre GR 34 : le sentier des douaniers). Comptez environ 1 h 30 pour l'aller.

 

L'Anse des Sévignés

 

***

 

2. Le phare du Cap Fréhel

 

Après 1 h 30 de marche environ, vous voilà au phare du Cap Fréhel. Pour les amateurs de chiffres, sa construction s'est déroulée de 1946 à 1950. Il est l'un des cinq plus puissants en France puisque sa lumière éclaire jusqu'à 53 km ce qui sécurise le franchissement du cap. L'édifice mesure 32 m de hauteur, ce qui, ajouté aux falaises, le place à plus de 100 m au-dessus du niveau de la mer. Enfin, il faut savoir que trois phares se sont succédés à cet endroit. Le premier, aussi appelé phare Vauban, fut construit en 1702 à l'initiative du commissaire général des fortifications de Louis XIV. Il est encore visible aujourd'hui à coté du phare actuel. En revanche, le second phare a été entièrement détruit durant la seconde guerre mondiale. Si vous souhaitez visiter le phare actuel, il vous en coûtera 3 €.

 

Le phare du Cap Fréhel

 

***

 

3. Les landes

 

Ce qui fait du Cap Fréhel un endroit prisé des promeneurs, c'est qu'il revêt bien des intérêts. Sur le plan historique, les deux monuments cités précédemment valent le détour. Niveau faune, le site est classé réserve ornithologique et les amateurs ne manqueront pas de venir, avec leurs jumelles, pour essayer d'observer fulmars boréals, guillemots de Troïl, goélands, mouettes et cormorans… Sur le plan géologique, nous avons déjà dit que le Cap Fréhel est constitué de grès rose ce qui lui confère un sol acide sur lequel se développent des plantes acidophiles (étymologiquement "qui aiment l'acidité") comme la bruyère et les ajoncs. En été, ces deux espèces sont en fleurs et c'est à ce moment que le cap revêt ses plus belles couleurs, dans un dédale de violet et de jaune.

 

Ajoncs et bruyères au Cap Fréhel sur la Côte d'Emeraude

Les landes en fleurs

 

A ce propos : ajonc ou genêt ? Ces deux plantes sont très communes dans l'Ouest de la France mais sont souvent confondues. Il faut dire qu'elles appartiennent à la même famille (celle des Fabacées, anciennes Légumineuses). Chacune pousse en formant des buissons aux nombreuses fleurs jaunes. Une différence essentielle cependant : alors que l'ajonc possède des rameaux épineux, ceux du genêt sont dépourvus d'épines. Moyen mnémotechnique : l'ajonc se termine par un "c" comme un pic.

 

 

***

 

4. Saint-Cast-le-Guildo

 

Pour parfaire une journée au Cap Fréhel, après la marche et l'effort, n'hésitez pas à vous rendre sur l'une des nombreuses plages de la région. Leur sable ocre et leur eau turquoise leurs donnent vraiment une ambiance particulière. Et, pour ne rien gâcher, certaines sont parfaitement sauvages. En cherchant bien, vous devriez en trouver une rien que pour vous. En ce qui me concerne, j'ai fini l'après-midi sur une plage de Saint-Cast-le-Guildo sur laquelle, comme vous pouvez le constater, je n'ai pas été beaucoup dérangé. Ne manquait que Wilson pour se croire dans " Seul au monde ".

 

Plage à Saint-Cast-le-Guildo sur la Côte d'Emeraude

Une plage de Saint-Cast-le-Guildo

 

***

 

5. Saint-Jacut-de-la-Mer et les Ebihens

 

A l'Est du Cap Fréhel débute la Côte d'Emeraude qui s'étend jusqu'à la Pointe du Grouin à Cancale (en passant par Saint-Malo). Le long de cette côte, la roche déchiquetée forme des îlots de grès, de schistes et de granite dispersés dans une mer émeraude dont le bleu pourrait faire penser à d'autres latitudes (s'il n'y avait la température de l'eau !). Un air des Caraïbes ou des Seychelles en Bretagne ? Oui, c'est possible ! 

 

Archipel des Ebihens à Saint-Jacut-de-la-Mer sur la Côte d'Emeraude

La Côte d'Emeraude

 

Sur cette côte, j'ai eu un véritable coup de cœur pour Saint-Jacut-de-la-Mer (dont le nom pourtant, à priori, ne me faisait pas rêver). Pour y passer une journée inoubliable, je vous conseille de vous y rendre à marée descendante. Le plus simple est alors de se garer à l'extrémité de la presqu'île sur le parking de la Pointe du Chevret. Consultez-y très précautionneusement les horaires des marées car ce sont elles qui vont rythmer votre journée. Alors que le niveau de l'eau baisse, la mer prend des teintes hallucinantes (note pour plus tard : m'acheter un filtre polarisant pour mon appareil) et devient même blanche au niveau de bancs de sable. Lorsque ceux-ci émergent, des chemins s'ouvrent et permettent de marcher dans la mer. J'ai A-DO-RE cette sensation ! 

 

Archipel des Ebihens à Saint-Jacut-de-la-Mer sur la Côte d'Emeraude

Retrait de la mer à la Pointe du Chevret

 

L'archipel des Ebihens, qui s'étire au-delà de Saint-Jacut-de-la-Mer, est maintenant accessible à pieds pour quelques heures. Et chacun de choisir son " Ile au trésor " pour y écrire ses aventures. J'ai adoré grimper sur les rochers, fouiller dans le sable, observer les oiseaux (dont le cormoran ci-dessous). Je crois que j'ai retrouvé ici le vrai sens des vacances à la mer.

 

Les îlots des Ebihens

 

Histoire de se challenger un petit peu, un objectif pourra être d'aller faire le tour complet de l'île principale, l'occasion de s'apercevoir que, ici aussi, Vauban y est allé de sa petite tour. Et de finir cette aventure sur une plage de carte postale (sans louper l'heure de la marée montante !).

 

La Tour Vauban aux Ebihens

 

***

 


 

Vous avez aimé cet article ou avez une question ?

>>> N'hésitez pas à me le dire en commentaire et à me rejoindre sur Facebook ! <<<

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0