· 

Ténérife, mon séjour 100 % rando

Texte et photographies : François

Matériel photo : Canon EOS 750D + objectif EF-S 17-55 mm F/2.8

 

tenerife

 

Il y a trois semaines, je me suis rendu sur l'île de Ténérife (Canaries, Espagne). J'y étais déjà allé en 2016, en compagnie de Marjorie, pour un séjour au cours duquel nous avions fait "un peu de tout" (histoire de découvrir les différentes facettes de cette destination). Pour ce second voyage, j'ai voulu approfondir la découverte de ses trois parcs naturels : Parque Nacional del Teide, Parque Rural de Anaga et Parque Rural de Teno. C'est pourquoi je me suis lancé dans un séjour 100 % rando !

Celui-ci s'est déroulé du dimanche 7 au mercredi 17 avril. J'ai donc passé sur place neuf jours (ce qui m'a permis de faire neuf randonnées). Dans cet article, je vous livre pour chacune une courte description et j'en profiterai pour vous présenter quelques-uns des "objets naturalistes" que j'ai rencontrés. Enfin, en bas de page, j'ai consigné quelques infos pratiques sur la façon dont j'ai organisé ce voyage. Alors, en marche ?

 

***

J1 - Le Barranco del Infierno

Distance = 6,5 km   |   Dénivelé = nul   |   Difficulté = facile   |   Durée = 3 h

 

Pour mon premier jour sur l'île, j'ai choisi comme première randonnée le Barranco del Infierno (ravin de l'enfer !). Son point de départ se trouve dans le village de Adeje (sur la bordure méridionale du Parc National du Teide). Ce choix a été guidé par la proximité de mon aéroport d'arrivée. Vous trouverez plus précisément le début du sentier en haut du village (au bout de la Calle de los Molinos). Si vous voulez faire cette randonnée, il est important de savoir qu'il faut impérativement réserver en ligne au préalable sur le site https://www.barrancodelinfierno.es/. En effet, seuls 300 visiteurs sont acceptés par jour par mesure de protection des lieux. Par ailleurs, depuis la survenue d'un accident mortel il y a quelques années, la gestion du site a été reprise par une société privée qui a entrepris des travaux de sécurisation. L'entrée est désormais payante (8,50 Euros, à régler en ligne au moment de la réservation) et vous serez équipés d'un casque en arrivant.

La marche démarre doucement, en balcon, sur les hauteurs de Adeje (dont on a de belles vues en se retournant). La vallée est d'abord large et on suit souvent des canaux d'irrigation (qui m'ont fait penser aux levadas de Madère). Au niveau de la végétation, cet itinéraire est l'occasion d'observer une belle diversité de cactus. A mi-chemin, la vallée se resserre et on se retrouve à remonter le lit d'un petit cours d'eau coincé entre deux versants abrupts. En bout de parcours, jolie cascade qui tombe de la paroi rocheuse en plusieurs étages. Possibilité de restauration au point de départ / d'arrivée de la randonnée où se trouve un agréable restaurant panoramique.

 

adeje, tenerife

Vue sur le village de Adeje au départ du Barranco del Infierno

Passage le long d'un canal d'irrigation

Arrivée à la cascade

***

J2 - L'ascension du Guajara depuis le Parador Nacional

Distance = 10,1 km   |   Dénivelé = 650 m   |   Difficulté = moyenne   |   Durée = 4 h 20

 

Pour mon deuxième jour, j'ai choisi de rentrer "dans le dur" en m'attaquant à l'un des trois sommets de l'île : le Guajara. Pour cela, je suis monté au Parc National du Teide par la route TF-21 (qui le traverse de part en part) et me suis garé au Parador Nacional. Pour comprendre la morphologie du parc, il faut savoir que Ténérife a autrefois abrité un volcan bien plus gros que ne l'est le Teide aujourd'hui. Un jour, ce volcan s'est effondré sur lui-même créant une vaste dépression circulaire à fond plat (= caldeira). C'est cette caldeira qui constitue la limite extérieure du parc. Lors de la reprise de l'activité volcanique, un nouveau volcan a "poussé" au centre de la caldeira (le Teide) suivi d'une multitude d'autres plus petits. Le Teide est donc en quelque sorte le "nouveau" volcan au centre de l'ancien. En ce qui concerne le Guajara, il s'agit du point culminant de la caldeira avec ses 2 718 m.

Pour le gravir, le sentier démarre gentiment depuis le Parador Nacional d'où l'on a une belle vue d'ensemble sur cette montagne reconnaissable à son large plateau marqué par des falaises abruptes. Le chemin le moins difficile pour y monter consiste à le contourner par la gauche (Degollada de Guajara = col de Guajara). Une fois ce col franchi, il reste 300 bons mètres de dénivelé pour atteindre le sommet. De là, vue incroyable sur le Teide, l'ensemble de la caldeira et les îles voisines. Vous serez également accueillis par une vieille cabane en pierre avec bancs et table (les restes du premier observatoire astronomique de l'île) qui autorise une pause très agréable. La descente peut s'effectuer en rebroussant chemin ou par la Degollada de Ucanca. Attention : dans ce deuxième cas, quelques passages difficiles nécessitent un pied sûr.

 

guajara vu depuis le parador nacional, tenerife

Vue sur le Guajara (2 718 m) depuis le Parador Nacional

teide vu depuis le guajara, tenerife

Au sommet, vue majestueuse sur le Teide (3 718 m)

***

J3 - De Vilaflor au Paisaje Lunar (Los Escurriales)

Distance = 13,2 km   |   Dénivelé = 750 m   |   Difficulté = facile   |   Durée = 4 h 20

 

Un peu fatigué de mon ascension de la veille, j'ai décidé, pour ce troisième jour, de faire une petite promenade forestière dans le Parque Natural de la Corona Forestal. Celui-ci ceinture le Parc National du Teide dont il occupe les pentes extérieures. J'ai d'ailleurs été surpris, le jour de ma montée au Teide, par son étendue : des forêts à perte de vue ! Je me suis rendu, plus précisément, dans le secteur de Vilaflor (au Sud du parc) qui permet de marcher jusqu'au Paysage Lunaire (Paisaje Lunar). Deux points de départ possibles : soit on se gare dans le village de Vilaflor, soit on quitte la TF-21 un peu avant d'y arriver au kilomètre 66 (présence d'un panneau) et on s'engage sur une piste, praticable avec un véhicule standard (= Pista Madre del Agua). Dans ce second cas, je vous conseille quand même de vous garer dès que possible pour éviter d'esquinter votre voiture !).

Le sentier démarre au milieu des pins canariens dont j'ai adoré la couleur vert jaune tranchant sur le rouge et le noir des roches volcaniques et le ciel azur. Il est aussi l'occasion de belles vues sur la face Sud du Guajara. Après le passage par un premier paysage lunaire (peu spectaculaire), on arrive vite à un second qui est l'occasion de découvrir de magnifiques cheminées de fée. Ces structures se sont formées comme suit : il y a 500 000 ans, une éruption volcanique projeta vers le ciel un nuage de cendres qui furent poussées jusqu'ici par le vent. Une fois déposées, celles-ci furent ensuite recouvertes par des roches volcaniques plus dures sous lesquelles elles se tassèrent. Pour le reste, c'est l'érosion qui les a sculptées, éliminant les cendres les plus tendres et conservant celles coiffées d'une pierre. Pour la préservation du site, il est évidemment interdit de s'approcher trop prêt des dites cheminées, encore plus de marcher entre ou même de monter dessus (ce que j'ai eu le malheur de voir !!). L'une de mes randos coup de cœur ! 

 

parque natural de la corona forestal, tenerife

Marche au milieu des pins canariens dans le Parque Natural de la Corona Forestal

Les cheminées de fée du Paysage Lunaire

paysage lunaire, paisaje lunar, los escurriales, tenerife

Les cheminées de fée du Paysage Lunaire

***

J4 - Le tour des Roques de Garcia

Distance = 3,4 km   |   Dénivelé = 200 m   |   Difficulté = facile   |   Durée = 1 h 15

 

Pour mon quatrième jour, je suis retourné au Parador Nacional (le long de la TF-21 dans le Parc National du Teide), d'où j'ai entrepris une randonnée très facile : le tour des Roques de Garcia. De toutes les randonnées que j'ai faites durant mon séjour, c'est sans doute celle qui a présenté le meilleur rendement beauté des paysages / effort fourni. Attendez-vous à vous en mettre plein les yeux en n'ayant presque pas à marcher. L'inconvénient est que ce site fait partie du coup des plus fréquentés et que les cars y déversent des flots continus de touristes en mal de selfies. Attention aux perches ! Cela étant, dès que l'on s'éloigne du parking, on retrouve vite un calme relatif.

Ce sentier est l'occasion de rencontrer des dykes. Rappelons que sur le plan géologique, il s'agit de colonnes de magma ayant cristallisé dans leur cheminée d'alimentation volcanique, sans jaillir en surface. Ces structures, extrêmement résistantes, ont ensuite été dégagées par l'érosion. Chaque rocher de l'alignement est ainsi un dyke. On explique leurs différences de formes, tailles, couleurs par leurs différences de composition.

Le premier Roque est observable dès le parking : il s'agit du Roque Cinchado ("Doigt de Dieu"), véritable emblème du parc. On le reconnait aisément à sa base fortement érodée (qui fait craindre un éboulement à venir). Après le contournement de la pointe de l'alignement, on descend de l'autre coté des Roques pour découvrir, entre autres, une spectaculaire "cascade" de laves en boudins sortie d'une brèche dans la roche. Les figures de courant y sont nombreuses et en font un bel exemple de laves cordées. C'est également sur ce sentier que l'on rencontre le plus de Gallotia galloti (lézard endémique de l'île dont les mâles peuvent atteindre une taille significative et arborent des tâches bleues sur le coté). Si vous pique-niquez, attendez-vous à les voir débouler comme des pigeons ! En fin de parcours, on découvre un monument naturel exceptionnel : El Catedral avec son magma cristallisé en forme de prismes.

 

roque cinchado, roques de garcia, face au teide, tenerife

Le Roque Cinchado face au Teide

Exemples de laves cordées et Gallotia galloti

La Catedral (Roques de Garcia) à Ténérife

El Catedral

el catedral, roques de garcia, tenerife

El Catedral

***

J5 - De la Montaña Blanca au Refugio de Altavista

Distance = 7 km   |   Dénivelé = 900 m   |   Difficulté = difficile   |   Durée = 4 h

 

Au matin de mon cinquième jour, je me suis lancé dans LA randonnée des randonnées : celle qui m'a permis de gravir le sommet du Teide (toit de l'Espagne, 3 718 m). Cela s'est passé en deux jours (avec une nuit au refuge d'altitude). Le point de départ de cette randonnée se trouve sur le petit parking de la Montaña Blanca (kilomètre 40,5 de la TF-21). Bien réfléchir au chemin que vous prendrez pour redescendre car il pourrait vous faire arriver sur un autre parking (possibilités de navettes en bus pour boucler la boucle). Si vous souhaitez dormir au refuge, vous devez obligatoirement réserver en ligne, très en avance, sur le site https://www.volcanoteide.com/fr/refuge_altavista. Attention : il est souvent nécessaire de s'y prendre plusieurs mois à l'avance ! 

La première partie de la montée est assez facile. Elle emprunte un sentier sablonneux, fait de pierre ponce relativement claire (= Montaña Blanca) avec une pente faible. Elle est l'occasion d'observer au loin la Fortaleza (partie la plus septentrionale de la caldeira) puis de passer au milieu des Huevos del Teide (œufs du Teide). L'origine de ces grosses boules de roche n'est pas bien connue : on pense qu'elles se seraient formées à partir de pierres qui auraient dévalé la pente du volcan à un moment où celle-ci était couverte de lave. Elles auraient alors aggloméré de la lave autour d'elles, à la manière de boules de neige, devenant de plus en plus grosses. "Posés" sur la Montaña Blanca, la plupart de ces "œufs" font en effet plusieurs mètres de diamètre. Une fois le sommet de la montagne blanche passé, avec possibilité d'un petit crochet pour la vue, on attaque la deuxième partie de la montée et c'est là que ça se gâte : la pente devient beaucoup plus raide et c'est le pas et le souffle courts que l'on se lance dans une série interminable de lacets. Lorsque le refuge apparaît enfin, c'est le soulagement ! Il n'y a alors plus qu'à profiter d'un superbe coucher de Soleil et à s'endormir sous l'un des plus beaux ciels étoilés d'Europe.

 

fortaleza, tenerife

La Fortaleza

huevos del teide, oeufs du teide, tenerife

Les Huevos del Teide (œufs du Teide)

montana blanca, tenerife

La Montaña Blanca sur le chemin du refuge

***

J6 - Pico del Teide et Pico Viejo

Distance = 14 km   |   Dénivelé = +500 m puis -1 400 m   |   Difficulté = difficile   |   Durée = 7 h 30

 

Le matin du sixième jour, je me suis levé tôt... très tôt (vers 5 h) ! Si vous dormez au refuge, il faut savoir que c'est quelque chose de pratiquement obligatoire. En effet, se lever en pleine nuit permet d'atteindre le sommet du Teide avant le lever du Soleil et donc d'assister à ce spectacle magnifique de tout en haut ! De plus, l'accès au sommet (cratère actif) est strictement contingenté à 200 visiteurs par jour. Pour avoir le droit d'y monter, il faut détenir une autorisation (qu'il faut demander parfois plusieurs mois à l'avance !). Sauf qu'avant 9 h, l'accès est libre ! Les randonneurs ayant dormi au refuge et qui se lèvent suffisamment tôt sont donc dispensés du précieux sésame (comptez environ 2 h de montée).

Pour ce qui est du sentier, j'aurais du mal à vous le décrire puisque je l'ai fait dans le noir à la seule lumière de ma lampe frontale ! On peut néanmoins indiquer qu'il atteint d'abord la gare d'arrivée du téléphérique (qui peut d'ailleurs être une option pour redescendre). Là, on franchit un portique (qui reste donc ouvert jusqu'à 9 h). On se lance alors dans la partie terminale de l'ascension sur laquelle le chemin est en partie pavé, avec de très fortes marches, très pentu, parfois exposé. Au sommet, vue imprenable sur toute l'île et les îles voisines et possibilité de voir les signes d'activité du volcan (nombreuses fumerolles). Un spectacle hors normes ! Pour la descente, j'ai choisi l'option longue qui m'a mené, par une grande boucle, jusqu'au Pico Viejo (l'autre volcan !). On pourra préférer le téléphérique. 

 

Premiers rayons de Soleil sur le Pico del Teide

fumerolle, soufre, teide, tenerife

Bouche d'une fumerolle, dans le cratère, avec ses cristaux de soufre

pico viejo, tenerife

Descente par le Pico Viejo

***

J7 - De Afur à Taganana

Distance = 15 km   |   Dénivelé = 400 m   |   Difficulté = facile   |   Durée = 5 h

 

Après six jours passés au milieu des paysages volcaniques extraordinaires du Parc National du Teide, j'ai choisi, au matin de mon septième jour, d'aller marcher dans un autre parc naturel : le Parque Rural de Anaga. Celui-ci se trouve à l'extrémité Nord-Est de Ténérife, au-delà de La Laguna et de Santa Cruz. C'est une zone très enclavée, à laquelle on n'accède que par quelques routes très sinueuses, ce qui lui permet d'avoir gardé un coté très sauvage, idéal pour la rando ! Pour mon premier jour dans ce secteur, j'ai choisi un parcourt sur le littoral entre les villages de Afur et de Taganana. Pour ce faire, j'ai traversé une partie du massif montagneux couvert de forêt par la TF-12 et me suis garé sur le parking de Afur, non loin de l'église.

Le sentier démarre, tout d'abord, en descendant dans le Barranco de Afur. Même si ce n'est plus l'âme essentielle de la zone, on pourra souvent remarquer, en chemin, des filons de roches volcaniques prismatiques et des dykes (participant pour beaucoup à la morphologie de la région par érosion différentielle). Au fond du Barranco coule un petit ruisseau qui donne naissance, par endroits, à des petites cascades tout à fait paradisiaques. Le chemin est aussi l'occasion d'observer d'innombrables cactus avant de déboucher sur une plage de sable noir (Playa de Tamadite) qui a tout d'une petite plage du bout du monde. Au-delà de celle-ci, le sentier reprend sur le sommet des falaises longeant la mer et mène doucement vers Taganana, notre point d'arrivée.

 

Le village de Afur, point de départ de la randonnée

barranco de afur, tenerife

Cascade au fond du Barranco de Afur

Une multitude de cactus jalonne le chemin

de la playa de tamadite a taganana, tenerife

Le sentier littoral entre la Playa de Tamadite et Taganana

***

J8 - De la Casa Forestal à Taganana

Distance = 9,3 km   |   Dénivelé = 700 m   |   Difficulté = facile   |   Durée = 3 h 30

 

Pour mon huitième et avant-dernier jour, je suis retourné du coté du village de Taganana mais cette fois-ci sur ses hauteurs pour marcher dans l'étage forestier. J'ai pris comme point de départ la Casa Forestal de Anaga se trouvant sur le bord de la route TF-12 plusieurs kilomètres après le centre des visiteurs Cruz del Carmen.

Ce sentier descend tout du long, depuis la crête de l'Anaga jusqu'au village de Taganana, à travers la forêt. Si vous prévoyez cette randonnée, n'oubliez pas de prendre un vêtement chaud et, surtout, un autre de pluie. La forêt est en effet ici très humide et souvent complètement enveloppée dans la brume (ce qui en fait tout le charme). Elle est principalement constituée de lauriers (= laurisylve) dont les branches tortueuses vous plongeront dans un cadre féerique ! Une fois arrivés au village, possibilité de se restaurer sur la place de l'église. Le chemin du retour n'est évidemment plus qu'une grande montée.

 

La laurisylve près de la Casa Forestal

laurisylve, casa forestal, anaga, tenerife
laurisylve, casa forestal, anaga, tenerife

La laurisylve dans la brume

***

J9 - La Punta de Teno

Distance = 14 km   |   Dénivelé = 100 m   |   Difficulté = facile   |   Durée = 3 h 30

 

Pour mon dernier jour, j'ai choisi de me rendre dans le troisième parc naturel de l'île : le Parque Rural de Teno. Celui-ci se trouve à l'extrémité Nord-Ouest de Ténérife et constitue, comme l'Anaga, une zone très enclavée (et donc très sauvage). Pour y accéder, il n'existe d'ailleurs qu'une route : celle passant par Buenavista del Norte. Autant dire que ce secteur a tout d'un petit bout du monde. Si vous vous y rendez, attendez-vous à tomber, un peu après Buenavista del Norte, sur un barrage filtrant (au-delà duquel vous ne pourrez pas continuer en voiture). La zone du Teno est en effet l'une de celles où les autorités tentent au maximum de limiter le nombre de visiteurs. Deux possibilités alors : revenir un peu en arrière dans le village et y prendre un bus (un toutes les heures environ, terminus au niveau du phare) ou vous garer au niveau du barrage et finir à pieds (7 km aller, prévoir une lampe torche pour passage dans un tunnel non éclairé).

Au bout de cette route, on découvre en effet un endroit on ne peut plus isolé. Tout autour, belles montagnes auxquelles s'accrochent de nombreux cactus. Présence d'une petite baie où l'on peut se baigner. Le phare est par ailleurs entouré de petites passerelles en bois très photogéniques sur lesquelles on peut se promener. Un bel endroit pour finir son voyage ! 

 

Les montagnes de la Punta de Teno

punta de teno, tenerife

Ses passerelles...

...et son phare

***


Infos pratiques

 

* Pour ce voyage, je suis parti de l'aéroport de Paris Beauvais (BVA). C'est une option dont je n'avais pas l'habitude mais que j'ai fortement appréciée. L'aéroport étant bien plus petit que ceux de Roissy et d'Orly, l'ambiance y est beaucoup plus détendue. Par ailleurs, j'ai pu y laisser ma voiture en parking longue durée (47 E pour 11 jours) ce qui m'a permis de me garer "au pied des pistes". Super pratique ! 

 

* J'ai volé avec Ryan Air. Rien à redire si ce n'est que la compagnie est encore plus stricte que ses concurrentes Low Cost en ce qui concerne sa politique de bagage cabine. Bien vérifier avant de partir ce à quoi vous avez le droit (ou pas). Tout est en plus.

 

* Le vol pour Ténérife depuis Paris dure 4 h et l'on recule sa montre de 1 h en arrivant.

 

 

* Pour mes déplacements à Ténérife, j'ai loué une voiture chez Sixt (prise en charge et restitution à l'aéroport). Une fois n'est pas coutume, j'ai été très content de cette location : très bon accueil à l'arrivée, bons conseils, pas de vente forcée sur les options et assurances complémentaires (comme j'en ai plusieurs fois été victime, notamment chez Goldcar). Expérience à renouveler.

 

* Les routes à Ténérife, en particulier dans les parcs naturels, peuvent être très sinueuses et très pentues. Mieux vaut en avoir un peu sous le capot si vous ne voulez pas vous traîner (voire, tomber en panne). A mon arrivée, j'ai payé un petit surclassement pour passer d'une Smart for two à une Clio et je ne l'ai vraiment pas regretté ! Par ailleurs, en montagnes et dans les villages, conduire peut exiger une grande dextérité : je le déconseillerais aux conducteurs peu expérimentés.

 

 

* Comme logement, je n'en ai pris qu'un pour toute la durée du séjour. L'île est suffisamment petite pour que l'on puisse facilement rayonner. Attention : si comme moi vous venez pour un séjour nature, vous devez absolument loger dans le Nord de l'île (où se trouvent les trois parcs naturels ainsi que les jolies petites villes coloniales). Le Sud a été affreusement bétonné et a tout cédé au tourisme de masse : à proscrire !

 

* J'ai pris, pour ce séjour, un petit studio chez l'habitant (par le biais d'Airbnb) que j'ai trouvé parfait. Vous pouvez consulter son annonce et mon commentaire ici.

 

* Si vous n'êtes pas encore inscrits sur Airbnb, n'hésitez pas à le faire via ce lien (vous gagnerez 25 Euros sur votre premier voyage).

 


 

Vols : 222 Euros

 

Voiture (Sixt) : 198 Euros

Carburant : 50 Euros

Logement : 236 Euros

-------------------------------------------

706 Euros pour un séjour de 1,5 semaines

(hors repas, boissons et activités)

 

 

Le centre historique de La Laguna et le Parque Nacional del Teide sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

 



Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à me le dire en commentaire. Cela fait toujours plaisir !

Merci !!! ;)

Écrire commentaire

Commentaires: 0