· 

Lisbonne, mes dix coups de coeur

Texte et photographies : François

Matériel photo : Canon EOS 750D + objectif EF-S 17-55 mm F/2.8

 

 

Pour certains, la région de Lisbonne c'est un peu la Californie de l'Europe. Il est vrai qu'avec sa situation au Sud du Portugal, il y fait un temps ensoleillé presque toute l'année. Il y a également la proximité de la mer avec la possibilité de pratiquer des sports de glisse, les quartiers vallonnés et le pont du 25 avril avec son drôle d'air de Golden Gate Bridge. Sauf que Lisbonne a, en plus, la chance d'être sur le vieux continent. Du temps où les caravelles portugaises sillonnaient les mers du globe, la ville s'est considérablement enrichie et porte encore la mémoire des grands navigateurs dans ses nombreux monuments. Ses quartiers populaires, dont l'Alfama, ont un charme fou… C'est donc une ville qui ne peut que plaire, que ce soit pour la mer, la montagne, la culture, l'histoire, la gastronomie.

Après y être allé une première fois en 2013, j'ai eu la chance d'y retourner la semaine dernière. Du coup, je commence à assez bien connaître la ville et j'ai eu envie de vous en lister mes dix coups de cœur.

 

1. Prendre un grand bol d'air à Belém

 

Belém est l'un de mes quartiers préférés de Lisbonne. Je l'avais aimé en 2013, lors de ma première venue. C'est sans doute pour cela que j'ai voulu y passer ma première journée pour ce retour. Pour vous y rendre, je vous conseille vivement d'emprunter les transports en commun car ce secteur est assez éloigné du cœur de ville.

Ce qui me plait à Belém, c'est d'abord son ambiance très décontractée. On y trouve, en bordure de Tage, des promenades très bien aménagées où l'on croise de nombreux promeneurs, joggeurs, cyclistes… Il y a de l'air, des mouettes, comme à la mer ! Un peu en retrait, le bitume des promenades laisse la place à de vastes pelouses où il fait bon de lézarder, bouquiner… Et puis Belém peut aussi être l'occasion d'une pause gourmande avec une glace ou les fameux pasteis de nata. Une journée à Belém, c'est un peu comme un dimanche au parc ou à la mer : 100% détente, 0% soucis. Vous y trouverez enfin quelques-uns des principaux musées et monuments de la capitale portugaise dont la tour de Belém, le monument des découvertes et le monastère des hiéronymites.

 

Le monument des découvertes : vues du monument (en haut) et depuis son sommet (en bas)

La tour de Belém

Le monastère des Hiéronymites

***

2. Entrer dans le cloître du monastère

 

Quinzième siècle, c'est le temps des grandes découvertes. Des navigateurs quittent le Portugal par le port de Lisbonne. Parmi eux, un certain Henri le navigateur, suivi de peu par Vasco de Gama. Ils découvrent le cap de Bonne-Espérance, au large de l'Afrique du Sud, lequel est franchi pour la première fois en 1488. La route des Indes est alors ouverte. Dès lors, les caravelles reviennent chargées de trésors : épices (Inde), porcelaines et soie (Chine, Japon). Dans le même temps, d'autres navires reviennent du Brésil chargés d'or et d'émeraudes. Lisbonne occupe alors une place de premier rang dans le commerce mondial. C'est à cette époque que sont construits ses plus beaux monuments (dont le monastère des hiéronymites et la tour de Belém, classés au patrimoine mondial de l'UNESCO).

En ce qui me concerne, j'ai adoré entrer dans le cloître du monastère, avec sa superbe couleur sable due à la pierre d'Alcantara (entrée : 10 Euros). Et puis, en en ressortant, n'oubliez pas de passer dire bonjour à Vasco qui jouit de son dernier repos dans l'église adjacente.

 

Cloître du monastère des Hiéronymites

***

3. Admirer le pont du 25 avril

 

Un des éléments architecturaux les plus marquants de Lisbonne, et aussi les plus photogéniques, est le célèbre pont du 25 avril (rebaptisé ainsi en hommage à la révolution des œillets qui mit fin à la dictature de Salazar). Avec sa couleur rouge et sa structure métallique, il fait immédiatement penser au Golden Gate Bridge de San Francisco. Rien de mieux pour l'admirer que de terminer une journée à Belém  en redescendant à pieds en direction des docks. La "mer de paille" se met alors à scintiller et le pont de révéler ses plus beaux détails.

 

Pont du 25 avril vu depuis les docks

Pont du 25 avril vu depuis le Cristo Rei

***

4. Chercher les œuvres de Street Art

 

Comme dans la plupart des grandes villes, l'énergie de Lisbonne se manifeste notamment, dans ses rues, par de "nouvelles" formes d'art. Sur le modèle du Distillery District à Toronto, un quartier est actuellement en plein essor à Lisbonne : la LX Factory (LX pour Lisbonne, Factory car implanté sur une ancienne friche industrielle). A l'intérieur d'anciens entrepôts en briques rouges se sont implantés des ateliers d'artistes, des galeries et autres boutiques plus ou moins alternatives. On y trouve aussi de nombreux bars et restaurants. Et partout, bien sûr, du street art.

 

La LX Factory (vue d'ensemble)

Détail sur quelques oeuvres de street art (notamment dans la LX Factory)

***

5. Se reposer dans le Jardim da Estrela

 

Ce qu'il y a de bien lorsque l'on se rend dans une ville pour la deuxième fois, c'est que l'on ne se sent plus "obligé" de tout voir, tout faire. Du coup, on peut faire du slow travel et se contenter de retourner dans les endroits que l'on avait le plus aimés. Parmi eux, Lisbonne compte de nombreux jardins dans lesquels j'avais envie de me ressourcer. Je me suis donc acheté un roman de gare avec un chat en couverture ("ça ne sera pas trop violent" ai-je du penser) et j'ai passé mes trois premières matinées à le dévorer sur les bancs publics.

Et mon jardin préféré est… Roulements de tambour… Le Jardim da Estrela !  Celui-ci est situé juste à coté de la basilique du même nom dans la Madragoa. La basilique est assez jolie, tout de blanc sur fond de ciel bleu. De nombreux tramways passent devant dont le célèbre tram 28 (ce qui ne gâche rien, bien au contraire !). On entre dans le jardin par un trottoir décoré des armes de la ville : un bateau et deux corbeaux (bel exemple de calçada portuguesa). A l'intérieur, l'ambiance est très romantique avec de beaux arbres exotiques, un kiosque central, des grottes artificielles et des plans d'eau. C'est étrange l'état dans lequel on se met dès que l'on voit un canard. Pas vous ? Et comme là il y avait des poussins, j'ai fait mon gaga.

 

Basilica et Jardim da Estrela

***

6. Visiter l'Estufa Fria et le jardin botanique

 

Autres lieux pour profiter du charme des jardins lisboètes : l'Estufa Fria et le Jardim botanico. Vous trouverez le premier en haut du Parque Eduardo VII (arrêt de métro Marquês de Pombal).

Entrer dans l'Estufa Fria, c'est faire un voyage dans le voyage ! On y trouve des plantes absolument grandioses réparties en trois serres : l'Estufa Fria à proprement parler (serre fraiche), l'Estufa Quente (serre chaude) et l'Estufa Doce (zone des cactées). Vous y marcherez sous des palmiers, bananiers et autres fougères arborescentes. Des clapotis naissent des petites cascades et bassins aménagés juste ce qu'il faut. Des philodendrons grimpent aux falaises artificielles tandis que des oiseaux de paradis occupent l'étage inférieur. Une vraie petite jungle.

 

Estufa Fria (vue d'ensemble)

Estufa Fria (détails de quelques plantes)

 

Le Jardim Botanico, quant à lui, se rejoint en descendant la Rua da Escola Politécnica depuis le Rato. Il est accolé au muséum d'histoire naturelle que, pour le coup, je vous déconseille : les collections sont assez pauvres et pas du tout mises en valeur. Ensemble très vieillot. En revanche, le jardin mérite une visite.

Lors de ma venue, il venait juste de rouvrir après une période de travaux. J'en ai donc été très content. On y entre par une collection de plantes xérophytes (= plantes adaptées à la sécheresse). Ensuite, on sillonne dans les allées d'une gigantesque palmeraie (Washingtonia robusta). On se perd enfin dans une véritable forêt d'où l'on n'entend plus aucun bruit de la ville mais uniquement le gazouillis des oiseaux :) Mon seul regret a été que, malgré la fin des travaux, le bassin situé tout en bas du jardin n'a toujours pas été remis en eau.

 

Jardim Botanico

***

7. Se perdre dans les ruelles de l'Alfama

 

Une visite à Lisbonne serait complètement ratée sans aller se perdre dans ses quartiers populaires : Allfama, Graça et Mouraria. L'Alfama, bien qu'incontournable, n'est pas si facile que ça à trouver. Pour vous y rendre, je vous conseille de partir de l'hypercentre (Baixa) dans lequel vous pourrez au passage faire un tour notamment sur la place du commerce. De là, empruntez la Rua Augusto Rosa qui monte vers la colline du Castelo de São Jorge. C'est la rue des trams donc pas de soucis d'orientation. De plus, elle vous fera passer par des endroits remarquables : la cathédrale Sé (plus vieille église de la ville qui marque l'entrée dans la Lisbonne du moyen-âge), le Miradouro de Santa Luzia et le Miradouro das Portas do Sol. Précisons que les miradouros sont des belvédères, très nombreux dans la "ville aux sept collines", d'où l'on a toujours de jolies vues (ici, sur le Tage). A la fin de votre journée, n'hésitez pas à redescendre par la même rue : c'est à cette heure que les miradouros sont les plus animés, avec souvent de la musique, et le spectacle du coucher de soleil sur le Tage est très agréable.

 

En haut : place du commerce, cathédrale Sé, Miradouro de Santa Luzia

En bas : Miradouro das Portas do Sol

 

Arrivés au Miradouro das Portas do Sol, prenez les escaliers qui vous invitent à redescendre sur votre droite. Je sais, vous venez de monter, il faut redescendre, c'est cruel ! Mais à Lisbonne, autant vous habituez ! Vous voici dans l'Alfama !

L'Alfama, c'est un peu comme un village dans la ville. Isolé des voitures par les nombreux escaliers, on s'y sent tout de suite comme plongé dans une autre époque. Des portraits en noir et blanc des personnages emblématiques du quartier affichés à l'angle des ruelles renforcent cette impression d'un endroit où le temps s'est arrêté. Partout, des culottes dansent sur les fils à linge, des maçons poussent de lourdes brouettes, des chats se baladent et des petits vieux observent. Difficile de croire que l'on n'est qu'à quelques pâtés de maisons des boutiques de luxe du Chiado !

 

Une ruelle typique de l'Alfama

Alfama

***

8. Prendre le tram 28

 

A Lisbonne, vous n'allez cesser de monter et descendre, le plus souvent sur des trottoirs pavés. A la fin de la journée, même pour de bons marcheurs, ça peut fatiguer ! Bon, la bonne nouvelle, c'est que vous allez revenir avec des fesses en acier (sauf si vous abusez des pâtisseries locales). L'autre bonne nouvelle, c'est que lorsque vous sentirez un coup de moins bien, vous allez pouvoir prendre les transports en commun. Et là-dessus, Lisbonne est hyper bien lotie : bus, tramways, trains, funiculaires (ascensores), ascenseurs (elevadores), touks touks...

Mon coup de cœur va évidemment pour le tram 28, dont les petites rames jaunes en bois semblent sillonner les vieux quartiers de la ville depuis toujours. N'hésitez pas à le prendre et à frôler les angles des maisons, grimper des ruelles escarpées, le tout sous l'objectif des photographes. Il faut bien reconnaître qu'il attire l'oeil ! Parmi les autres stars locales, on pourra également citer l'ascensor da Bica, l'elevador de Santa Justa...

 

Les trams dans la Rua Augusto Rosa

Autre option : les touks touks

Ascensor da Bica

***

9. Admirer les maisons

 

De plus en plus, quand je rentre de voyage, j'ai remarqué que j'aime bien me faire une petite mosaïque avec des photos de fenêtres ou de portes... En fait, j'aime bien quand dans une ville étrangère les maisons ne ressemblent pas à chez moi. Au top du classement à ce jour, je pense que je mettrai sans hésiter les portes bleues de la médina d'Essaouira au Maroc.

A Lisbonne, je n'ai pas été déçu puisque bon nombre de maisons sont décorées d'azulejos (le "j" en portugais se prononce "j" et non "Rrrrr" comme en espagnol). Ce sont en fait des carreaux de carrelage, à la seule différence que les plus "nobles" sont le plus souvent blancs et décorés de motifs bleus peints à la main. Sur les monuments, ils deviennent de véritables oeuvres d'art. Je vous laisse juge avec mes photos.

 

La petite mosaïque qui va bien

Autres exemples d'azulejos

***

10. Prendre une dernière bouffée d'air iodé

 

Pour terminer ce séjour, j'ai eu envie de reprendre un peu d'air marin (comme à Belém le premier jour). Je me suis donc rendu à la gare fluviale de Cais do Sodré (quai n°3) et ai embarqué sur un ferry pour Cacilhas. De l'autre coté de l'estuaire du Tage, j'ai pu profiter de la vue sur Lisbonne avec un peu de recul. J'ai un attachement particulier pour toutes ces villes en bord de mer (New York, Copenhague...). Ensuite, j'ai pris le bus n°101 qui m'a mené jusqu'au Cristo Rei. C'est une activité que je n'avais pas faite lors de ma première visite et que je n'ai pas regrettée. On y a notamment une belle vue sur le pont du 25 avril. Et puis j'ai adoré cette phrase d'un papa dans le bus bondé qui, à son fils s'inquiétant de savoir "quand est-ce qu'on arrive ?", a répondu "dès que tu vois Jésus, tu descends". Enfin, si vous allez jusqu'au Cristo Rei, je ne saurais que trop vous conseiller d'en revenir à pieds, en longeant les quais. Vous y croiserez des pêcheurs à la sardine et des terrasses on ne peut plus prêt de l'eau où boire un verre ou manger un poisson.

 

La gare fluviale de Cais do Sodré

Cacilhas

***


Infos pratiques

Pour ce voyage, je suis parti de Paris Orly (terminal Ouest) le mercredi 25 avril à 16h45 et suis arrivé à Lisbonne à 18h15 heure locale (on recule la montre d'une heure en arrivant).

A votre arrivée, pour rejoindre le centre-ville, je vous conseille vivement de prendre le métro. Il part directement de l'aéroport donc rien de plus simple. En plus, il n'y a qu'une ligne (la ligne rouge) et un sens donc impossible de vous tromper !

Profitez-en pour acheter tout de suite votre carte Viagem (voir la rubrique transports).

J'ai pris mon vol retour le mercredi 02 mai.

Pendant toute ma semaine à Lisbonne, j'ai logé à la Pensão Rosinha. Sur le principe d'une pension de voyageurs, j'y avais ma chambre individuelle avec lit double et avais accès aux toilettes et salles de douche dans le couloir. Le reste des espaces (salon, cuisine) étaient partagés avec les autres voyageurs (ce qui m'a permis de discuter et de faire mes repas). J'ai trouvé la pension bien située (entre la Madragoa et le Rato) et joliment décorée (rénovation récente). Le seul petit bémol est peut-être le manque d'intimité du fait de la très mauvaise isolation phonique de l'immeuble. Une très bonne adresse donc mais plutôt pour les voyageurs solo. Excellent rapport qualité / prix.

Sur place, pour me déplacer, j'ai beaucoup marché. Cela étant, comme indiqué dans l'article, Lisbonne est une ville avec beaucoup de dénivelé et ses pavés ne sont pas toujours des plus confortables. Je vous conseille donc d'alterner marche et transports en commun. A mon humble avis, l'idéal est d'acheter une carte Viagem dès votre arrivée à l'aéroport. Vous la créditez de la somme souhaitée et, ensuite, à vous l'ensemble des réseaux : trams, métros, bus, ferrys...


Vol : 115 Euros

Pensão Rosinha : 185 Euros

Transports en commun (via la carte Viagem) : 20 Euros

-------------------------------------------

320 Euros pour un séjour d'une semaine

(hors repas, boissons et activités)



Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à me le dire en commentaire. Cela fait toujours plaisir !

Merci !!! ;)

Écrire commentaire

Commentaires: 0